« Les femmes et les jeunes filles doivent vivre à l’abri de la violence »

Colombie : Les femmes s’unissent contre la violence

« Les femmes et les jeunes filles doivent vivre à l’abri de la violence »

Ces dernières années, les femmes se sont mobilisées dans le monde entier pour marteler leurs revendications. Ce fut aussi le cas en Suisse, avec la grève des femmes du 14 juin.

Parmi les problèmes les plus souvent évoqués figure la violence envers les femmes. L’expression désigne la violence physique, les féminicides et les agressions sexuelles, mais également les propos dégradants et la discrimination, par exemple en matière salariale. Selon l’origine, la couleur de peau, l’appartenance sociale et culturelle ou encore l’orientation sexuelle, les femmes sont concernées à plus d’un titre.

Cette violence est aussi d’actualité en Colombie. Le processus de paix a certes fait naître beaucoup d’espoirs de changement, mais la paix n’est pas parvenue jusque dans les régions en conflit. Au contraire, les assassinats, agressions et menaces visant les militant ·e·s des mouvements sociaux ainsi que les anciens membres démobilisés de la guérilla des FARC et leurs proches s’y multiplient, en particulier depuis l’arrivée au pouvoir, en août 2018, d’Iván Duque, le président actuel.

C’est dans ce contexte que les femmes de Cajibío, une commune rurale du département du Cauca (sud-ouest de la Colombie), s’engagent contre la violence envers les femmes et les jeunes filles. Fortement marquée par la violence politique, la région enregistre un nombre particulièrement élevé d’homicides et d’agressions. Lorsqu’une militante a été enlevée, les femmes ont réagi en organisant une caravane de la solidarité. Les diverses activités qui ont suivi ont donné naissance à un mouvement, qui a défini des règles pour vivre en communauté et régir les mouvements sociaux. L’une de ces règles prévoit que les femmes et les jeunes filles doivent vivre à l’abri de la violence. Et c’est cet objectif que poursuit le mouvement.

La plateforme d’information alternative Colombia Informa consacre également un de ses projets à la violence: dans ses articles, elle veille à ne pas oublier le point de vue de la communauté LGBTIQ afin de contribuer à la lutte contre l’homophobie et la transphobie régnantes. Elle a entrepris de former des membres de cette communauté au journalisme et veille à ce que leurs articles et commentaires soient diffusés dans les médias alternatifs. Là encore, il s’agit de s’allier contre la violence.

Réunies en ateliers, des femmes envisagent des moyens pour bannir la violence de leur existence. Photo : Mouvement des femmes de Cajibío

Réunies en ateliers, des femmes envisagent des moyens pour bannir la violence de leur existence. Photo : Mouvement des femmes de Cajibío

SOLIFONDS